Lancée en octobre 2018, la gamme modulaire EXHAUSS PICKER est le fruit de cinq années sur le terrain et la réponse à l'une des demandes à la fois la plus récurrente et la plus difficile à satisfaire : prendre et déposer des charges de poids variés. Voici comment nous y avons répondu et synthétisé cinq ans d'expérience de terrain :

- d'abord par l'allègement optimal de l'exo - la version Delta pèse 3,5kg - sans sacrifier la robustesse, qui avec la légèreté est l'autre de nos préoccupations majeures, en qualité de fabricant de matériels destinés à être utilisés, si possible longtemps, sur des terrains réputés difficiles : nos produits commerciaux ne sont pas des prototypes de laboratoires !

- ensuite par la géométrie humanoïde de l'exo, très ajusté à l'endosquelette humain, et qui accompagne ses mouvements en dissociant l'action des avant-bras et des arrières-bras. Ses huit axes de rotation autorisent tous les mouvements, sauf un : celui qui consiste à lever le coude vers les côtés, ce qui peut être blessant pour la coiffe des rotateurs, il est donc entravé.

- par l'assistance dite "progressive" : 0 assistance bras baissé, et un accroissement rapide jusqu'au maximum bras levé, pour bénéficier de toute une plage de valeurs d'effort, ainsi que de la faculté d'éteindre l'exo passif si besoin.

- et sur le modèle de son aînée, la gamme EXHAUSS SXSTEM, par une modularité et de nombreuses possibilités de réglage : la gamme PICKER est proposée en versions DELTA (humérus), ULNA (avant-bras) et META (paume de la main) - et chaque paramètre est réglable, les hauteurs de fin de course de chaque section de bras, la sensibilité de leur déclenchement sous l'impulsion de l'opérateur, leur force. Les PICKERs peuvent même être montés en "iso" plutôt qu'en progressif...

Contrairement à un EXHAUSS SXSTEM, un PICKER doit faire l'objet d'un réglage minutieux pour faire coïncider l'exosquelette mécanique avec l'endosquelette humain. Un partage du même exo entre plusieurs opérateurs de gabarits différents est moins évident à envisager qu'avec un modèle SXSTEM. Il y a également une courbe d'apprentissage à ne pas négliger : le PICKER est comme un instrument de musique ou un nouvel article de sport, il faut se familiariser avec, apprendre à l'utiliser, s'entraîner, ce qui peut demander plusieurs jours à quelques semaines.

Le PICKER ne rendra pas surpuissant un opérateur de faible force. Là où l'on porte volontiers 100% de la charge via un modèle SXSTEM, réglé essentiellement en fonction d'elle, le PICKER, lui, se règle plutôt en fonction de la force de l'opérateur, qui fait corps avec lui. Le PICKER porte davantage l'opérateur qu'il ne porte la charge. L'idée étant que s'il y a 5 à 6 tonnes à porter par jour et que l'exo prend en charge 2, 3 ou 4 tonnes, un bénéfice est acquis, là-même où l'effort physique n'est pas intégralement supprimé.